Le mariage d'une volante

30 Janvier 2012 , Rédigé par FlyingFriends Publié dans #Rendez-vous

C'était un samedi matin, vers 11h, devant la Mairie du XIIe arrondissement. J'avais sorti une chemise et mon costume, que je ne porte qu'en de rares occasions.

 

Comme je le disais, c'était un samedi, donc ce n'était pas professionnel, mais rien de moins que le mariage de notre Popo adorée et de son homme venu de si loin, j'ai nommé les tropiques, j'ai nommé l'Océan Indien, j'ai nommé l'Île Rouge, alias Madagascar ! C'était enfin arrivé. Depuis qu'elle avait rencontré Zo à Antananarivo, un an et demi plus tôt, il y avait quelque chose de spécial.

Un samedi matin, donc, mois de janvier, assez froid, les filles étaient en robes et en jupes, donc guibolles gelées, forcément ! Au moins, c'était une occasion de voir certaines en filles, comme elles le disaient elles-mêmes, est-il besoin de citer Carine, Morgane et Émilie ? Que ne ferait-on pas pour nos futurs mariés ? Les Soldisiens étaient tous sur leur 31, ce qui change pas mal de l'ambiance Solidays aux jeans dégueux et cheveux ébouriffés. Des jupes, des cravates, des chaussures cirées, des bijoux : ça brillait à la Mairie ! Jolies marches, belle devanture, escalier façon « soirée de l'ambassadeur » pour monter à la salle où nous attendions tous impatiemment la mariée ! Enfin, surtout Zo, mais nous aussi quand même...

 

Et puis elle arriva. D'abord, elle faillit repartir, un peu stressée apparemment, ou alors l'émotion ? Finalement, elle est entrée au bras de son papa et s'est avancé jusqu'à Zo. Derrière le bureau, les officiels nous ont offert un curieux spectacle, entre l'adjointe au maire qui a buté sur chaque phrase et l'assistante en mode « captain, yes captain ! ». Est-ce que je signale celle qui est arrivée en retard ? Aller, oui, je le fais, après tout je ne suis pas un gars sympa : Bobette, arrivée juste à temps pour entendre l'adjointe foirer une citation de je-ne-sais-plus-qui. Je me suis fait remarquer, puisque l'adjointe a parlé de moi, désigné comme l'entre-metteur qui a fait se rencontrer les mariés à Tana. D'un coup tout le monde se retourne vers moi et je salue de la main en pensant que j'aurais peut-être du mettre une cravate finalement.

Photo C.Rivet (52)

La cérémonie se passe bien, la mariée dit oui, le marié aussi, ouf ! Il n'y avait pas beaucoup de suspens, mais quand même, on ne sait jamais... Suspens faible, donc, mais émotion présente, surtout pour certains d'entre nous. Ce n'est pas si anodin de voir partir notre Popo vers une nouvelle vie. Et pour ceux qui connaissent Zo, nous savons que ce n'est pas facile de quitter son pays, son boulot et ses potes.

 

Un bisou, des autographes sur un papier, des photos, des bravos, un salut de princesse : c'est court, en fait, la cérémonie. Nous nous retrouvons à la sortie de la salle, en haut des marches, à se concerter pour planifier la suite, mais l'heure n'est pas encore venue, il nous manque la séance photos devant la mairie. Les Solsidiens, toujours discrets, tentent inopinément de passer les premiers, mais quand même, la famille d'abord.

Une fois les photos prises, tout le monde se disperse. Synchronisation des montres. La douzaine de Solsidiens doit se réunir chez un pote de Cédric, à Étampes, pour manger un bout et répéter notre surprise pour la soirée, une chorégraphie sur un medley signés Thomas, Marie Am. et Solène ! Rendez-vous 18h pour le cocktail et le dîner, ça nous laisse le temps (en théorie). On the road again ! Et c'est parti pour Étampes, où toutes les voitures arrivent sans encombre, sauf celle de Carine, où ni elle ni son co-pilote, alias moi-même, ne purent comprendre comment ils avaient raté la bonne route, sans doute un sabotage des chinois du FBI...

 

Bref. Finalement, tout le monde se retrouve à Étampes, on mange, on boit un coup, on signe l'album de l'EVJF de Pauline et on commence à faire chauffer les arpions pour danser ! Enfin, avant, quand même, je pars me planquer dans une chambre pour essayer mon costume de Sœur et répéter avec Carine « Démona la Chatouna », ma fidèle assistance ès mariages délirants. Le costume emballe les autres, Marie Am. et Émilie le customisent, Bobette et Hélène ont apporté d'autres accessoires, et avec le surplus, on improvise une tenue de choc pour Carine. Yeah !

 

Trêve de plaisanteries. Tout le monde se remue l'oignon pour répéter la choré : Dirty Dancing, Grease, Ensemble et Waka Waka. Loïc et moi sommes censés faire le portée de la mariée, mais on a comme qui dirait des doutes quant à nos talents d'acrobates. Les troupes sont en forme, à la fin on est presque bons ! Aller, 17h30 arrive, il est temps de reprendre les bagnoles pour aller à la salle, à Etrechy, où nous prions Saint Durex pour que le bruit de la pousse des choux environnant ne vienne pas gâcher la soirée.

 

Que dire de cette soirée ? Que c'était bien ? Insuffisant. Que c'était beau ? Trop éloigné de la réalité. C'était au-delà de ça, presque parfait. Les mariés nous avaient prévus un cocktail extra, avec un bien beau buffet, original et appétissant. Une pensée nostalgique au risotto au gorgonzola, aux trucs de légumes frits dont j'ai oublié le nom, aux rouleaux de printemps, gratin de patate douce... Sans oublier la boisson, avec un cocktail bleu pétillant (ceci n'est pas son nom technique) et vingt litres de punch bien réussi par Bobette, spéciale dédicace !

 

D'ailleurs j'en ai bu deux, et deux aussi du cocktail bleu. Il me fallait bien ça pour me mettre en condition pour le sketch des Sœurs. Après avoir calé le bazar avec les témoins de Pauline, me voilà enfermé dans le chiotte des mecs, Carine dans celui des filles, à passer collant, jupe et perruque. Je me souviens à ce moment précis que c'est Ion qui a eut cette idée et qui m'a proposé de faire la Sœur : mais pourquoi c'est toujours moi pour ces conneries ? Branle-bas de combat ! Les solsidiens se relayent pour surveiller l'entrée, Marie vient me maquiller avec sa caisse-palette, pardon, trousse de maquillage et parvient à créer... Sœur Pipi dans le Bénétier ! Gros moment de fou rire pendant le sketch, je n'oublie presque pas mon texte et j'avoue que l'appui des copains en arrière-fond est le bienvenu. Les mariés sont hilares, pari gagné, les paillettes pleuvent et méga câlin du merch ! Vive Sainte Jacqueline !

 Photo C.Rivet (34) Photo C.Rivet (84)

La soirée est loin d'être terminée, car voici venir le dîner. Un repas très bien dosé au passage, bon, copieux, mais pas gargantuesque, parsemé d'animations faites par les copines de Pau : un discours, un diaporama « Vie de Pauline » (et ben v'là les dossiers !) et un quizz « Qui veut gagner des millions ? ». Joli discours de remerciements des mariés, également, et petite danse en ouverture de dîner (nous n'étions pas les seuls à avoir répéter). Zo a particulièrement apprécié son animation surprise : un prestidigitateur, mais il n'était pas le seul.

 

En fin de soirée, après la pièce montée de macarons et les délicieuses petites pana cotta (j'en ai goûté une dizaine, mais elles étaient toutes petites...), la soirée dansante a été ouverte par Pauline et son père sur un rock, bientôt suivi par Zo et la maman de la mariée. Et c'était parti jusqu'à 5h du matin. Pas facile pour les solsidiens de caser leur chorégraphie : au moment où tout le monde monte sur la balustrade, Zo disparaît pour raccompagner sa famille, d'autres veulent rentrer, on ne sait plus si on a le champ libre. Finalement c'est parti, la choré est lancée, on se débrouille bien, on a réussi notre coup ! Les Solsidiens mettent l'ambiance !

 

Petit à petit, la salle se vide, les heures passent et la piste de danse aussi. Vers 5h, le dernier slow, Pauline et Zo sont sur la piste, entourés de quelques irréductibles, Carine, Hélène, Solène, Thomas, Marie, Morgane, Émilie, Cédric et votre serviteur. Il y a de l'émotion sur cette dernière chanson, à la fois le soulagement que tout ce soit bien passé, un petit regret que ce soit déjà fini, beaucoup de fatigue qui s'installe... C'était un très beau mariage!

 

Merci... et vivement Madagascar!

Guillaume

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Oui, le prochain article risque de se faire attendre... Deux reporters ont été désignés, affaire à suivre ;)<br /> Bisous et merci à tous de m'avoir, encore cette année, vendu du rêve!!!
Répondre
J
au vu des délais on peut attendre celui de Solidays pour janvier prochain... D'ailleurs sait-on qui s'en charge?
Répondre
P
Un bien beau résumé, je n'aurais pas fait mieux moi-même ! LOL ! Il est fou ce Pastek ! :)<br /> <br /> Bisous aux mariés et aux flying !
Répondre